Incendie de Notre-Dame de Reims

Une histoire exemplaire

Les Editions Harlaut ont le plaisir de vous informer de la parution de

L’incendie de Notre-Dame de Reims

19 septembre 1914 – Faits, polémiques, financements et restaurations

Intéressé ? Vous pouvez acheter un exemplaire en nous contactant directement à editionsharlaut@gmail.com

15 avril 2019, incendie de Notre-Dame de Paris, nul ne peut oublier ;
19 septembre 1914, incendie de Notre-Dame de Reims, nul ne doit oublier ;
car entre ces deux drames, leurs causes, répercussions et conséquences, que d’analogies !

Le 19 septembre 1914, vers 15 heures, un obus allemand traverse l’échafaudage ceinturant la tour nord de Notre-Dame de Reims. L’échafaudage s’embrase et les flammes progressent. Sous l’effet de la chaleur, la moitié de la grande rose explose. Des flammèches se répandent alors à l’intérieur de l’édifice et communiquent l’incendie aux lits de paille servant à l’accueil de 131 blessés allemands. Au même instant, la charpente en chêne prend feu. Les gueules des gargouilles vomissent du plomb en fusion. Le spectacle est terrible. Durant toute la nuit, les Rémois, impuissants, abattus ou furieux, voient se consumer leur sanctuaire.

Quel drame ! Quelles répercussions ! Le monde entier s’indigne de cet acte de guerre et se montre solidaire. Les dommages sont inventoriés ; la cathédrale protégée. Les dons affluent tandis que le devenir même de ce lieu de mémoire suscite d’âpres débats.
En 1918, la commission des monuments historiques lance les compagnes de restauration secondée sur place par la société des amis de la cathédrale de Reims. L’architecte en chef Henri Deneux se consacre pleinement à cette noble œuvre, grâce au financement providentiel du milliardaire John D. Rockefeller Jr. Notre-Dame de Reims revit et accueille à nouveau les touristes et fidèles. Vingt années d’un labeur incessant, passionné, innovant mais sans cesse critiqué…

Après une thèse d’histoire sur la cathédrale de Reims de 1914 à 1938, Yann Harlaut propose de mettre en lumière toutes les phases de l’incendie et de ses conséquences autour de questions simples, aux résonances actuelles :

Quelles furent les causes de l’incendie ?
Comment se sont activés les secours ?
Quelles furent les conclusions de l’enquête ?
Comment ont été projetés les travaux ?
Qui a financé et combien ?
Quels furent les choix entre les contraintes de temps et de moyens ?
Comment les destructions furent une occasion de fouilles archéologiques ?
Comment se sont organisées les inaugurations ?

Que l’histoire éclaire le présent !

Descriptif technique :
– 244 pages couleur sur papier couché brillant 150g
– 218 documents iconographiques dont beaucoup inédits à ce jour
– format rogné 210 x 297 mm à la française
– couverture cartonnée 2mm et pelliculage brillant
– reliure cousue, signet et tranchefile, dos du livre rond
– Prix de vente public : 40 € TTC

 

Table des matières

  • Préface de Patrick Demouy
  • Introduction
  • Un patrimoine en péril
  • L’incendie et ses conséquences
  • L’instrumentalisation d’un drame.
  • La meilleure défense, c’est l’attaque !
  • Notre-Dame de la tranchée
  • Choix patrimonial et financement
  • Une exemplarité critiquée
  • Conclusion